Pourquoi on en a marre de Vinted et comment on compte vous faire aimer la mode d'occasion.
novembre 24, 2021

Pourquoi on en a marre de Vinted et comment on compte vous faire aimer la mode d'occasion.

Anne et moi, on adore chiner. C'est comme cela que notre amitié s'est forgée, au fil des années, en chinant dans tous les dépôts-ventes et boutiques associatives de Paris. On aime aussi chiner sur internet : plutôt sur Vinted pour moi, Vestiaire Collective pour Anne. On aime trouver des pièces uniques et des vêtements à la mode, qu'on achète beaucoup moins cher avec le sentiment de faire une bonne action.
 
Sur les plateformes en ligne, j'ai trouvé des pépites et des vendeurs agréables. Mais j'ai aussi été déçue et je le suis de plus en plus. Je vous explique pourquoi.
 
Vinted ...
  • La plateforme est aujourd'hui surchargée d'offres dont la visibilité est réduite. Y faire du shopping c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin, il faut s'armer de patience. Personnellement, j'arrive à mes fins avec le système d'alertes et en suivant des comptes, mais cela prend du temps et il faut savoir précisement ce qu'on cherche. En revanche, je n'arrive plus à vendre mes vêtements ! Et au bout d'un moment, Vinted me propose de payer pour les mettre en avant. Je n'ai aucun problème à dépenser quelques euros pour mieux vendre mais est-ce honnête de la part de Vinted ? Et aussi j'aimerais bien débarasser et ranger mon armoire, un peu plus rapidement ... merci.
  • UFC-Que Choisir lance une action de groupe contre Vinted pour pratique commerciale trompeuse. La plateforme facture une commission obligatoire appelée "Protection acheteurs" dont le montant n'apparaît qu'au moment de payer. Ce n'est pas un secret Vinted n'est pas rentable et dépense plus en publicité et marketing que son propre chiffre d'affaire. Mais il fallait y réfléchir avant, non ? Ou au moins nous demander notre autorisation pour nous prélever plus d'argent. Soutenons des entreprises sociales avec des business modèles soutenables ! Amen.
Et Vestiaire Collective ?
  • Si vous cherchez exclusivement du luxe, pourquoi pas ! Ce n'est pas notre cas dans la team. On aime mixer les styles et les marques donc la plateforme ne répond pas à tous nos besoins.
  • Le luxe mais sans l'expérience qui va avec. Mon dernier achat sur la plateforme : des boucles d'oreille en or Nina Ricci emballées dans un sac en plastique de supermarché. C'est ok, mais c'est aussi bof.
C'est de tous ces constats (et bien d'autres, seulement si vous voulez la liste complète, mieux vaut qu'on s'appelle) qu'on a eu envie de créer Collection 40.
 
On veut partager notre passion pour la mode d'occasion, la faire aimer au plus grand nombre. Alors on a réfléchi ...
 
A tout ce qu'on voulait transmettre :
  • Le frisson de plaisir qu'on ressent quand on déniche la pièce parfaite.
  • Le plaisir de faire du shopping sans culpabilier, parce qu'acheter seconde main c'est une vraie bonne action, pas du greenwhashing.
  • Le sentiment très satisfaisant de s'habiller avec style sans se ruiner.
Et à la solution :
  • Un service pour désencombrer ses placards : chez Collection 40 vous vendez en une seule fois et vous êtes payées directement.
  • Une charte de sélection qui garantit la qualité des pièces.
  • La possibilité de renvoyer les vêtements qui n'iraient pas.
  • Des pièces choisies pour leur style et des marques qu'on aime toutes.
  • Une offre pour tous les budgets.
  • Des collections sous forme de lookbook pour s'inspirer.
  • Des packaging beaux et responsables.
  • Et autant que possible, des prestataires avec un impact social et environnemental positif.
Et si vous êtes ici, on sait déjà que ça vous plaira !
 
N'hésitez pas à nous partager vos bonnes et mauvaises expériences avec la vente et l'achat de seconde main par e-mail à victoire@collection40.com ou via nos réseaux sociaux.
 
Victoire de Collection 40
crédit photo : @lescassecouillesdevinted